La recherche du sens

Il existe tellement de mots qui peuvent être interprétés de manière subjective qu’il est sidérant de constater que nous arrivons, en général, à nous comprendre. C’est une chance : comme peu de personnes se donnent la peine de réfléchir à la signification précise de la plupart des mots qu’elles utilisent, nous pouvons retourner cela à notre avantage lors du processus de déstabilisation d’un attaquant. Ernest Hemingway aurait déclaré  « Toute ma vie, j’ai regardé des mots comme si je les voyais pour la première fois ». C’est en adoptant ce point de vue à la fois humble et curieux des mots que l’Aïkidoïste peut déstabiliser une attaque. On appelle cette technique « scruter le sens ». En voici un exemple :

Attaquant : Tu devrais maigrir ; tu n’auras jamais de petit ami si tu ressembles à ça toute ta vie !

Aïkidoïste : […] Qu’entends-tu par cela ?

Attaquant : Je veux dire que, pour en arriver là, il faut un manque total de maîtrise de soi… Il n’y a rien de plus dégoûtant !

Aïkidoïste : […] Que veux-tu dire par « maîtrise de soi » ?

Attaquant : Je veux dire, heu… [***]

Comme vous pouvez le remarquer, scruter le sens est une forme plus approfondie de l’Irimi, qui permet au pratiquant de pénétrer le point de vue de l’attaquant et de capter rapidement les mots de l’attaque qui sont les plus subjectifs ou les plus difficiles à expliquer : ils représentent la faiblesse potentielle de l’attaquant. Dans de nombreux arts martiaux aussi, pour échapper à une clé de poignet, vous devez appuyer sur la partie la plus faible de la prise en tournant le bras vers le pouce, afin de vous libérer facilement.

L’Aïkidoïste doit activement écouter les mots que l’attaquant utilise pour déterminer lequel ou lesquels se prêteraient à une scrutation du sens. Cela illustre de nouveau le fait qu’utiliser l’Irimi peut fournir à l’Aïkidoïste une prise sur laquelle s’appuyer dans le but de déstabiliser son adversaire. Dès que l’Aïkidoïste a trouvé une faille à exploiter, il peut essayer de déceler d’autres faiblesses dans les commentaires de l’attaquant.

Attaquant : C’est la dernière fois que je vais quelque part avec toi !

Aïkidoïste : […] Pourquoi est-ce que tu dis ça ?

Attaquant : Pour commencer, tu as passé toute la soirée à parler à tout le monde de ton nouveau boulot, et rien d’autre !

Aïkidoïste : […] Il me semble qu’il y a quelque chose d’autre qui te tracasse… [silence]

Attaquant : Et oui, c’est que tu m’as complètement ignorée jusqu’au moment de partir, c’est comme si tu n’avais aucun respect pour moi !

Aïkidoïste : […] Hum, j’entends que tu puisses ressentir cela. […] Peut-être est-ce le moment de parler du « respect » que l’on peut avoir l’un pour l’autre, qu’en penses-tu ?

Attaquant : [***] D’accord.

Vous pouvez observer dans cet échange comment l’Aïkidoïste :

  • utilise le fait de marquer une pause et le silence pour éviter d’entrer dans le conflit et calmer l’attaque,
  • utilise l’écoute active en se focalisant sur certaines expressions (« pour commencer ») ou des mots (« le respect ») pour mieux accompagner l’attaque et comprendre le point de vue de l’attaquant,
  • s’adresse aux sens de l’attaquant, avec une échelle très large dans le troisième mouvement d’Irimi, par l’utilisation combinée de mots clefs tels que « ressentir », « entendre », et « penser ».

L’exercice n°4 du chapitre 7 a été spécialement conçu pour développer cette capacité de scruter le sens. Vous avez peut-être remarqué que scruter le sens en utilisant des réponses comme celles ci-dessus et d’autres telles « Je ne suis pas sûr de comprendre ce que vous voulez dire par… », ou « J’essaie de comprendre ce que vous essayez d’exprimer quand vous dites… » permet à l’Aïkidoïste d’exécuter un mouvement d’Irimi et d’ouvrir l’attaquant à une déstabilisation (extrait du livre L’Aikido Verbal – La ceinture verte).

A rapeller que la différence entre une destabilisation et une attaque est l’intention reflechie et mesurée d’équilibrer l’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *